Tour du monde, épisode 1 : Rio de Janeiro

Rio de Janeiro, 1ere étape du Tour du Monde !

Rio de Janeiro, 1ere étape du Tour du Monde !

Bom dia !

Cela fait maintenant 14 jours que nous avons quitté le froid et la grisaille de Pornichet pour embarquer dans notre nouvelle aventure : le Tour du Monde !
Et Pornichet nous paraît bien loin!
Chaleur, soleil, samba, caipirinhas nous ont très vite mis dans l’ambiance des vacances.

Pour notre première étape, nous nous sommes donc envolés pour le Brésil ! Nous venons de passer 10 jours fantastiques dans la merveilleuse ville de Rio de Janeiro !

Sur le chemin de Rio…

Le 7 février, après 12 heures de vol, nous avons atterri à Rio. Sac sur le dos, nous sommes partis à la recherche de notre hôtel.   Et là, ce qui allait devenir notre souci numéro un commença : la barrière de la langue. Après avoir essayé l’anglais et l’espagnol, sans succès, Sébastien a tenté ses premières phrases en portugais, accompagné d’un langage corporel, bien utile !
Le chauffeur de bus semblait bien avoir compris notre destination. À mi-parcours, il nous fait signe de descendre et nous laisse, seuls, au milieu d’un carrefour, entourés de voitures. Bon, nous n’avions plus qu’à chercher l’hôtel dans des rues qui nous semblaient mal famées. Qui sait ? Nous débarquions avec tout plein de clichés et d’avertissements de nos proches. Au loin, nous avons aperçu notre hôtel qui ne payait pas de mine. Mais c’est avec soulagement et enthousiasme que nous avons découvert notre nouveau « chez nous », une rue animée et une chambre loin d’être ordinaire !

Pour la petite histoire, au Brésil, il est courant que les jeunes couples, qui n’ont pas encore leur propre domicile, se retrouvent dans des motels. Et il se trouve que notre hôtel était un ancien motel (qui semblait avoir encore quelques habitués, pas forcément des jeunes d’ailleurs). Ce qui explique que notre « suite » était tapissée de miroirs des murs au plafond, sans oublier un bain à remous et un sauna pour faire bonne mesure !

Le tour des plages de Rio

Une fois installés, notre première découverte a été la célèbre plage de Copacabana. Eh oui, nous n’avions qu’une envie : nous baigner ! Depuis que nous sommes arrivés, le soleil ne nous a pas quitté et les températures avoisinent toujours autour de 30 et 35°C.

Nous nous sommes essentiellement déplacés en métro – il dessert le centre de Rio et ses nombreuses plages.
La plage de Copacabana est longée de grands immeubles. À sa droite, on voit l’un des nombreux monts de Rio et en face des îles. La mer est agitée mais sans danger. La température de l’eau est plus fraîche que l’air, un peu plus de 20°.

La plage de Copacabana

La plage de Copacabana

La plupart des gens louent des parasols et des chaises pliantes, d’où ils interpellent les nombreux vendeurs qui circulent pour leur acheter boissons, sandwichs, maillots de bain… Les femmes portent des strings mais ne dévoilent surtout pas leurs seins ! Les femmes comme les hommes affichent leur  corps sans complexe, qu’ils soient musclés ou bien en chair.

Le plus choquant pour les amoureux des plages que nous sommes : les Brésiliens quittent la plage en laissant tous leurs déchets sur place. À notre surprise, l’eau reste quand même propre sauf à Flamengo et Botafogo où la mer est vraiment polluée, par les bateaux notamment.

La superbe plage de Flamengo et sa vue sur le Pain de Sucre !

Nous avons donc profité de la plage tout au long de notre séjour. Mais c’est d’abord le carnaval qui nous a fait vibrer ! Le samedi, nous avons retrouvé nos amis Olivier et Aurélie : direction le Sambodrome !

Le mythique Carnaval de Rio

En plein milieu de l'ambiance du Carnaval de Rio !

En plein milieu de l’ambiance du Carnaval de Rio !

De chaque côté de l’avenue Marquês de Sapucai, des gradins ont été installés pour former un immense stade tout en longueur. Pendant plusieurs nuits d’affilée, les nombreux groupes défilent sur cette avenue. Nous étions aux premières loges !

La fête bat son plein au Sambodrome !

De 22h à 6h du matin, nous avons vibré au rythme des hymnes de chaque défilé. Chaque  groupe a exactement 50 minutes pour traverser cette avenue.  A chaque fois, ce sont des centaines de personnes qui défilent, au moins trente costumes différents, quatre chars, une fanfare et une chorale de chanteurs…. pour CHAQUE groupe. On en a pris plein les yeux !!

Evidemment, le Carnaval de Rio ne serait pas le Carnaval de Rio sans ses danseuses de Samba !

Evidemment, le Carnaval de Rio ne serait pas le Carnaval de Rio sans ses danseuses de Samba !

En parallèle de ces défilés, lors des blocos, les brésiliens se retrouvent dans différents endroits de la ville, pendant presque une semaine, pour défiler dans la rue, danser, picoler… Tout le monde a son déguisement ou au moins un accessoire extravagant !
Nous avons obtenu le nôtre grâce au culot d’Aurélie, qui a demandé à un des danseurs du Sambodrome si on pouvait prendre des photos avec son costume… il nous a carrément fait don du costume !

Notre costume de carnaval (venu directement du Sambodrome !)

Notre costume de carnaval (venu directement du Sambodrome !)

C’est donc dans cette ambiance délirante et euphorique que nous avons commencé à découvrir la ville !

Si tu vas à Rio…

Les parents de Sébastien nous ensuite rejoint. C’est avec eux que nous avons fait les incontournables de Rio ! Nous sommes montés sur le Pain de sucre, en téléphérique. De là, nous avions une vue magnifique sur la ville. Mais ce n’était qu’un début. Ensuite nous sommes allés sur le mont Corcovado, au pied du Christ Rédempteur qui domine la ville. Même si l’endroit est très touristique, ça vaut le détour !

Corcovado : Le Christ Rédempteur à Rio

Corcovado : Le Christ Rédempteur à Rio

Parmi les incontournables, nous sommes allés manger dans une churrascaria. C’est un restaurant où les serveurs passent de table en table proposer une viande grillée, différente à chaque fois. Un régal !

Churrascaria Porcão : une expérience culinaire inoubliable de Rio

Une autre spécialité découverte, c’est la glace à l’açaï, un fruit de l’Amazonie. C’est délicieux et très rafraîchissant.

Avec toute cette chaleur, nous avons apprécié passer une journée dans le très beau jardin botanique de la ville. A l’ombre des arbres, la température restait quand même très élevée.

Un coin de verdure en plein milieu de la ville !

Ravis de leur court séjour, les parents de Sébastien sont ensuite répartis.
Pour nous aussi, notre séjour à Rio touchait à sa fin. Mais avant cela, il nous restait une chose à faire et pas des moindres !

Vol au-dessus de Rio

Dimanche matin, 9h, Massimo, champion de deltaplane, vient nous chercher pour nous en emmener en haut d’un des monts de Rio. La vue est à couper le souffle. Le vide aussi ! Il nous propose de nous prendre en photo sur la rampe de décollage, bien au milieu. Et déjà, là, les jambes commencent à trembler. Qu’est-ce que ça va être après? Bon, les filles d’abord, c’est bien connu ! « Elles sont plus courageuses. » nous dit Massimo.

Après s’être équipés et entraînés à courir (puisqu’en fait il n’y a qu’à courir), voilà Massimo et Cécile solidement accrochés au deltaplane. On attend le bon moment puis « Run, Run, Run » et c’est le grand saut ! Même pas peur ! C’est juste merveilleux de se sentir voler !

Je vole !

Je vole !

Puis c’est au tour de Sébastien. Mais cette fois, notre instructeur lui annonce qu’il a une blessure à la jambe qui vient de se réveiller. Plusieurs fois, on croit comprendre qu’il va laisser sa place à un autre instructeur, puis en fait non. Ça met un peu de piment, n’est-ce pas ? Finalement, Sébastien décolle avec succès et pilote même le deltaplane.

Deltaplane au-dessus de Rio : la meilleure façon de voir la ville !

Deltaplane au-dessus de Rio : la meilleure façon de voir la ville !

Une fois sur terre et en un seul morceau, Massimo propose de nous déposer au pied de Rocinha, la plus grande favela de Rio. L’aventure continue ! Ou pas. Nous avons seulement déjeuné à l’entrée de la favela. On n’est pas encore assez fou pour s’y aventurer seuls.

En effet, depuis le début, nous sommes prudents. Nous avons toujours sur nous une fausse carte bancaire et quelques billets à sortir rapidement en cas d’agression. Quand nous rentrions le soir, Sébastien se mettait torse nu pour faire plus local (dans notre quartier, c’est un peu le dress code pour les hommes !) et nous arrêtions de parler près des gens pour ne pas nous faire repérer comme touriste. Il faut savoir que la population est très métissée donc nous avons une bonne chance de passer pour des locaux… tant qu’on n’ouvre pas la bouche !

Notre périple à Rio s’est achevé lundi; nous avons ensuite décollé pour l’aéroport de Navegantes pour rejoindre Erico, un ami de Sébastien qui vit dans le sud du Brésil. La suite de l’aventure – dans le prochain épisode !

21 réflexions au sujet de « Tour du monde, épisode 1 : Rio de Janeiro »

  1. ouah! quel bonheur et quelle aventure!
    a bientot de vous lire pour l épisode 2!

  2. Super!! Super!!! j’étais impatiente de voir le début de votre périple et je ne suis pas déçue!!! ça a l’air génial!! Merci de nous faire partager cette belle expérience!! profitez bien!!! gros bizoux à vous deux!!!

  3. Cécile et Sébastien, bonjour,

    C’est merveilleux votre aventure, un peu irréel.

    Il y a une photo qui m’a plus intéressé, celle où on voit le fameux christ rédempteur de Rio. Je l’ai bien regardée, sous toutes ses coutures si je puis dire, et à mon grand étonnement, je n’ai pas vu Placido Domingo.

    D’où ma question : est-ce que vous l’avez quand même croisé ? Et question subsidiaire : est-ce que vous avez pu voir le christ fendre la foule pour aller saluer Placido ?

    Bises à vous deux

    Michel

    • Michel,
      je me suis creusée la tête pour comprendre de quoi tu parlais. Et j’ai enfin trouvé !
      Pour ceux qui étaient comme moi, lisez ceci :

      C’est Placido Domingo qui rencontre Luciano Pavarotti…
      – Alors, qué cé que tou déviens, maintenant ?
      – Eh bé, pour moi, ça va trés fort. J’ai fait uno souper concerto à Milano, 400.000 personnes, 42 rappels, lé poublic était fou ! Et tou sais, la vierge dé Milano, elle a pleuré ! Des larmes sont sorties dé la pierre ! Les gens criaient Miracolo ! Miracolo ! Tout lé monde s’est mis à génoux dévant moi, le bonheur !… Et toi ?
      – Eh bé, j’ai fait oun pétit concerto à Rio de Janeiro. Il y avait solément 800.000 personnes. J’ai fait 84 rappels, tou té rends compte ! Et puis là, Jésus, en haut dé la colline, est descendou mé voir, il m’a serré dans ses bras, il m’a dit Bravo ! Bravo ! Ton spettacolo, il est souper, pas comme l’autre encoulé à Milano qui a fait pleuré ma mère…

  4. Très belles photos, et les commentaires nous font vivre chaque événement, c’est comme visiter le pays à travers vos yeux, c’est génial !
    A bientôt pour la suite de l’aventure

  5. Bonjour vous deux !!

    Vous me faites rêver de soleil !! Il en manque en ce moment et de chaleur surtout !! Et planer dans les airs comme vous l’avez fait, je ne pourrais pas !! Bravo à vous deux !! Et dans les favellas, ressentez-vous que les conditions de vie se sont améliorées depuis Lula? même si je pense qu’il reste beaucoup à faire. A bientôt pour le sud.
    C’est vraiment très gentil de nous faire partager votre tour du monde ! Merci et gros bisous.
    Marie-Andrée

    • Marie-Andrée,

      Je ne connais pas la réponse à ta question très intéressante. Nous n’avons pas visité les favelas et je ne me suis pas informée sur ce sujet. Les brésiliens chez qui nous sommes non plus.

  6. Oh là là quelle aventure!!! Et vous ne pouviez commencer que par la Samba, évidemment.
    Bisous.
    Alain C

  7. Bom dia !

    On est vraiment content de savoir qu’on vous apporte un peu de soleil et de rêves en partageant le récit de nos aventures !

  8. Coucou les troubadours,
    Vous ne serez pas étonnés de voir que je suis une dernière à vous répondre : ma réputation ne sera pas démentie encore cette fois. Cécile, en fait, j’ai répondu à ton mail, mais là après cette découverte, j’en redemande. Superbe : c’est vrai, c’est génial, de vous voir, de suivre vos aventures et découvertes.
    A très bientôt pour la suite et bien sûr mille bisous nantais.
    Bernadette

  9. Fabuleux de te lire ! Merci de me faire rêver et voyager derrière mon écran ! Bonne continuation à vous deux. Bises

  10. Nous voulons vous envoyer le capitaine de la forêt.Nous avons lu avec un grand plaisir votre récit et nous continuerons à lire vos aventures. Nous sommes bien muets car nous ne maitrisons pas l’informatique qui vous permet d’aligner texte et photographie dans une agréable présentation.
    Bonne continuation.

  11. je vous félicite pour vos exploits en delplane car je ne m’y voit pas. Bonne continuation et j’attend la suite avec impatience. BISOU huguette

    • Bonjour tatie !
      La suite promet d’être également décoiffante !
      Je l’enverrai par email des que les photos sont en ligne.

  12. Bonjour vous deux,
    Pour la plage oui pour le vol awoua même les ponts me dérangent. C’est une destination que je n’ai pas encore faite mais qui m’a toujours fait rêver merci de réaliser mon rêve!!!! Gros bisous affectueux

    • Coucou tatie,
      je ne suis moi aussi pas un fan des hauteurs en général… Alors imagine ma tête quand le guide nous a dit de nous mettre sur la rampe de décollage (qui est inclinée vers le bas de la pente, et non pas horizontale ou pointée vers le haut comme on imaginait).. pour prendre la photo en haut de l’article !

      Je souris mais je n’en mène pas large 😉

      Bisous

  13. Je commence seulement a parcourir le blog en commençant par le début. ça promet… Profitez bien, vous faites des envieux.

    • Salut Kevin,
      Tu peux compter sur nous, on profite au maximum !
      Ce sont vraiment des vacances pas comme les autres alors on en prend plein les yeux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *