L’Inde : sur les traces des Maharajas !

version rognéeAprès le Brésil, l’Argentine et l’Afrique du sud, nous voici en Inde !
Avant même de partir en voyage, nous avions en tête que ce pays serait une étape à part, une aventure vraiment différente des autres.
Et ce fut le cas, mais pas tout à fait dans le sens où nous l’avions imaginé !

Anupam et Mamta, une rencontre authentique

Il est 4h du matin, nous débarquons à Delhi. Une jeune femme vient à notre rencontre, souriant en reconnaissant nos deux sacs à dos bleus et gris  identiques. Elle nous conduit jusqu’à la voiture où nous attend son mari. Nous venons de rencontrer Mamta et Anupam, avec qui nous avons pris contact grâce au site internet Couchsurfing.

C’est à bras ouverts qu’ils nous accueillent dans leur maison, située à Gurgaon, dans la banlieue de New Delhi. Nous découvrons le lendemain que les parents d’Anupam vivent aussi dans cette maison, au rez-de-chaussée. En Inde, les couples restent vivre avec les parents du marié. Une fois mariée, Mamta est donc venue s’installer chez Anupam. Elle appelle ses beaux-parents « Papa et Maman ». La maison est conçue pour que chacune des générations ait son étage.

Nos hôtes sont d’une générosité incroyable ! Ils nous ont accueilli comme on accueille sa famille, ses amis. Ils nous ont donné bien plus que ce que nous aurions pu imaginer.

Habitué à recevoir des « Couchsurfers », Anupam nous a donné de précieux conseils pour organiser notre voyage ; il a réservé nos billets de train sur internet et il a pris un jour de congé pour nous faire découvrir certains monuments de Delhi. Il aurait pu en faire son métier !

Chez Anupam - Chapatis pour le dîner

Chez Anupam – Chapatis pour le dîner

Mamta (prononcer « mh’mta ») est une excellente cuisinière ! Elle nous a fait découvrir de savoureuses recettes indiennes, aux nombreuses épices. Elle m’a aussi montré comment cuisiner le riz Byriani Massala.

Nous avons été invités à déjeuner chez un autre couple indien, rencontré également par le biais du site Couchsurfing, et dont la femme, Sharbari, apprend à parler français. Elle nous a cuisiné un excellent repas : dal (préparation épicée à base de pois ou de lentilles), raita (yaourt), curry de « paneer » (fromage blanc semblable au cottage cheese), poulet en sauce (une recette parmi tant d’autres). Comme le veut la tradition, elle a attendu que son mari, Sébastien, et moi, soyons servis et que nous ayons commencé à manger pour ensuite s’installer avec nous et se servir.

Déjeuner chez Sharbari

Déjeuner chez Sharbari

Un soir, le père d’Anupam m’appelle dans le salon. Nous discutons pendant que la maman se passe du henné sur la plante des pieds pour se rafraîchir. Il veut s’assurer que nous nous sentons bien, que nous sommes ici chez nous. Il me dit même cette phrase illustrant bien que l’hospitalité fait partie de leur culture : « Si Dieu et des invités sonnent en même temps à la porte, nous veillerons d’abord à bien recevoir nos invités ! »

Cette expérience de « couchsurfing » nous aura permis de vivre l’Inde à travers les yeux d’une famille indienne et ce seront des souvenirs impérissables !

IMG_2830Après une nuit de travail, Anupam et Mamta n’hésitent pas à nous accompagner de très bonne heure à la gare!

Pieds nus à Delhi

Entre temples et mosquées, les monuments que nous avons visités ont tous un caractère religieux. Cela reflète bien la place importante de la religion dans la société indienne et la cohabitation des différentes croyances.
C’est donc sans chaussures, par respect des traditions, que nous avons fait la plupart de nos visites.

L’hindouisme est de loin la religion la plus pratiquée (80,5%). L’Islam vient ensuite avec 13,4% de fidèles. Le pourcentage restant se partage entre chrétiens, sikhs, bouddhistes et jaïns.

Qutb Minar, le troisième minaret le plus haut du monde !

Qutb Minar (prononcer « cou-toub ») est l’ensemble archéologique le plus ancien d’Inde et il ne remonte qu’à environ 800 ans.

IMG_2724

En se promenant parmi les différents vestiges, on découvre des piliers d’un ancien temple hindou, une mosquée intégrant des éléments de style indien et de style islamique … mais ce qu’on retient surtout, c’est le minaret de 72,5 mètres de haut, qui n’est en réalité pas un minaret : construite avant l’arrivée des mongols et de l’Islam, cette tour était un prodige de l’ingénierie des premiers Indiens. Vue du ciel, les différents motifs entourant chacun de ses étages se superposent pour former une fleur de lotus.
C’est bien plus tard que la tour a été intégrée à une mosquée par les empereurs musulmans, qui ont gravé avec soin les murs d’inscriptions saintes en Arabe pour en faire un minaret.

Red Fort, symbole de l’indépendance de l’Inde

Le Fort rouge est un gigantesque complexe aux murs d’enceinte coiffés de tours, qui renferme de nombreux palais impériaux, édifices en marbre et mosquées.
Le fort est aussi le lieu depuis lequel le premier ministre d’Inde s’adresse à la nation chaque 15 août (l’Inde ayant acquis son indépendance le 15 août 1947).

Le Fort Rouge

Le Fort Rouge

Notre visite a été de courte durée car, comme beaucoup de monuments en Inde, celui-ci n’a pas gardé sa splendeur d’autrefois.

Jama Masjid, la plus grande mosquée d’Inde

Alors que nous nous apprêtons à pénétrer dans son enceinte, nous entendons l’appel à la prière. Nous patientons alors à l’entrée. C’est l’occasion pour moi de réaliser que les petites filles qui ne cessent de tourner et jouer autour de nous sont en fait intriguées par la femme blanche et blonde que je suis !
À l’intérieur de la mosquée, nous découvrons une cour très animée où des groupes de personnes discutent et se promènent pendant que d’autres poursuivent leur prière à l’intérieur.
Pour nous, cette visite se transforme vite en séance photo ! Jeunes filles et jeunes hommes veulent se faire prendre en photo avec moi. Il faut dire qu’en plus d’être blanche et blonde, je ne passe vraiment plus inaperçue en ayant dû revêtir une blouse orange vif pour couvrir mes bras et mes jambes.

paparazzi redimensionnée
Comme Sébastien me le fait remarquer en partant, nous n’avons aucun souvenir en photo de nous à Jama Masjid, mais il doit y avoir des dizaines de photos de nous qui se baladent sur les profils Facebook des Indiens qui nous ont croisé la-bas !

Akshardam, un temple dans toute sa splendeur

Akshardam est un complexe de monuments récents (2005). Il rend hommage à la culture, à la spiritualité et à l’architecture traditionnelle hindoue et indienne.

Ce fut l’occasion de découvrir le temple, l’élément central en pierre rose et marbre blanc. A l’intérieur, on y trouve une représentation des principaux dieux hindous finement colorés et plaqués or. L’ensemble est somptueux !

Le temple Akshardam - crédit photo

Le temple Akshardam – crédit photo

Lorsque que je demande à Anupam, notre hôte, de m’éclairer sur l’identité des dieux hindous, il me répond avec humour :

En Inde, il y a 4 religions : les Hindous, les Musulmans, les Sikhs, les Chrétiens.
Chacun prie son dieu à sa guise.

Mais si tu veux faire exaucer ta prière rapidement, il vaut mieux être hindou !

Parce que les Musulmans n’ont qu’un seul Dieu : Allah. Les Sikhs aussi : Waheguru. Et pour les Chrétiens c’est Jésus.
Donc si tu fais partie d’une de ces religions, tu pries le même Dieu que tous les autres fidèles ! Ce qui veut dire que Allah, Jésus et Waheguru ont une liste interminable de vœux à étudier chaque jour avant d’arriver au tien.

Chez les Hindous, c’est plus efficace : au lieu de tout centraliser, on a un Dieu pour chaque souci.
Si tu veux être en bonne santé, tu pries Hanuman.
Si tu veux de bonnes notes à l’Ecole, tu fais une offrande à Sarawati.
Si tu cherches un beau mari, tu fais un jeûne en  l’honneur du dieu Shiva.
Si tu as besoin d’un peu de pluie pour ton jardin, c’est Indra qui s’en charge.

On a 33 millions de Dieux, donc pas de liste d’attente !

Au final le plus difficile…
c’est de choisir le bon Dieu à qui demander.

Les trois Dieux principaux forment le « Trimurti » (la trinité). Selon les Hindous, la Vie est soumise à un cycle de trois étapes : la création, symbolisée par Brahma ; la conservation dont Vishnu est le symbole ; et enfin la destruction, représentée par Shiva.

A l'intérieur du temple - crédit photo

A l’intérieur du temple – crédit photo

Tout autour du temple, des sculptures d’éléphants illustrent la place importante de « l’empereur des animaux » dans la culture indienne. Les éléphants sont sacrés, vénérés mais aussi dressés pour le travail et utilisés comme monture royale.
Nous prenons note d’essayer de faire une balade à dos d’éléphant à l’occasion !

Lotus temple

À la vue du nombre impressionnant de visiteurs du Temple du Lotus, on a du mal à imaginer comment ce peut être un espace de recueillement et de prières pour tous ceux qui le souhaitent. À l’intérieur, nous sommes en fait agréablement surpris.

Nous nous y asseyons quelques instants pour profiter de ce lieu calme (les visiteurs respectent le silence), frais et apaisant qui contraste avec l’environnement extérieur.

IMG_2742

Autre surprise, ce temple est un des monuments les plus récents du pays :
il a à peine 25 ans et a été construit par les adhérents d’une religion dont nous n’avions jamais entendu parler !

Le temple du lotus est une des 8 maisons d’adoration des « bahaïstes » et se veut ouvert à toutes les croyances. Le Bahaïsme est une petite communauté internationale dont les membres souhaitent être perçus comme les adhérents d’une « religion mondiale indépendante ».

IMG_2745

« Scènes de rue » : un spectacle déroutant

Pour vivre l’Inde de l’intérieur, embarquez avec nous pour un trajet en auto décoiffant!

Vous avez besoin de parcourir quelques kilomètres à Delhi.
Comme les transports publics sont quasi inexistants, vous optez pour un « rickshaw » motorisé, appelé ici « auto ».

Tout d’abord, choisissez une auto verte, dans laquelle vous pourrez avoir vos deux fesses sur le siège et tous vos membres à l’intérieur de la cabine, contrairement aux autos noires qui sont partagées avec 2,3, jusqu’à 8 passagers (!). Vous verrez, ça n’est pas du luxe !

IMG_3035

Ensuite, négociez le prix auprès des nombreux conducteurs qui n’hésitent pas à multiplier leurs tarifs pour les étrangers.
Notre astuce est de se renseigner à l’avance sur le prix que payent les Indiens. Cela aide beaucoup pour la négociation.

Car même si vous accepteriez de payer 50 roupies là où un autochtone en paie 30, sachez que le premier prix qu’on vous indiquera avant négociation peut monter à 200 voire 500 roupies !

Après avoir indiqué votre destination au chauffeur, demandez à tout hasard s’il sait vraiment où il va. Durant le trajet, vos doutes seront toujours présents car il est assez difficile de se repérer dans les rues qui se ressemblent toutes.

IMG_2976

Dès le démarrage, vos deux mains vont chercher désespérément une prise où s’agripper . Eh oui ! Le chauffeur vient de s’élancer au milieu du trafic totalement anarchique, et semble déterminé à remporter la médaille de « fou du volant ». La seconde d’après, vous sursautez au son du klaxon d’une moto qui vient de vous frôler (littéralement : il n’y a ni portière ni carrosserie pour séparer votre jambe de la rue).
Vous décidez de ne plus regarder sur les côtés et votre cœur fait un bond, car vous faites face à un camion à contresens. Vous retenez votre respiration quand le chauffeur slalome entre tuc-tucs, camions, voitures, vélos, motos et piétons puis force le passage pour traverser une route au trafic dense. Vous faites un bond en avant quand il freine face à une vache qui n’est pas franchement décidée à bouger de la chaussée.

IMG_2794

Et enfin, vous respirez ! Non pas parce que vous êtes maintenant sur une route où chacun respecte sa file et les priorités à droite mais parce que vous commencez à vous habituer au tintamarre des klaxons et à la conduite, en fait, exceptionnelle de votre chauffeur !
De plus, Sébastien vous aura glissé à l’oreille qu’il a lu qu’en Inde il n’y a (en proportion) pas plus d’accidents qu’ailleurs. Leurs codes sont différents et leurs réflexes excellents 🙂

Vous voici bien assis et presque décontracté(e), vous pouvez maintenant apprécier le spectacle de la rue. Il y a pour tous vos sens !

Vous appréciez de sentir un peu d’air vous rafraîchir en cette période estivale de plus de 40°C mais vous toussez et clignez des yeux à cause de la poussière soulevée par les véhicules.

Vous n’en croyez pas vos yeux en découvrant des vaches dans tous les coins de la ville, toute une famille de porcs le long de la route … sur un monticule d’ordures. En quittant Delhi  vers le nord, il n’est pas rare de voir des bœufs, des buffles et même des dromadaires tirer des chargements sur la route. Vous souriez en voyant un veau, sur les genoux d’un ado, assis sur une moto derrière le conducteur. Vous voyez le tableau ?

IMG_2839

Vous êtes ébloui(e) par la beauté des femmes enveloppées dans leur sari coloré et aux mains décorées de henné. Un vrai défilé de mode ! Si beaucoup de femmes s’habillent de manière traditionnelle, certaines optent pour une tenue plus « occidentale » et sont alors mal jugées par les premières.

IMG_2900

Si le bruit des moteurs et des klaxons vous fatiguent à la longue, vous entendez parfois les cloches des fidèles appelant leur dieu dans les temples ou les appels à la prière des musulmans.

Temple hindou

Temple hindou

Vous reconnaissez certaines enseignes de notoriété internationale. Mais votre attention est surtout portée vers les trottoirs où on trouve aussi bien des étals de fruits, de légumes et de fleurs (pour les temples) que des barbiers, des cuisiniers, des couturiers avec les anciens modèles de machine à coudre, un homme repassant des vêtements, un autre prenant sa douche… tout cela rappelant un temps ancien… mais pas si ancien finalement…

IMG_2834

Votre chauffeur vous dépose et vous sortez de l’auto prêt(e) à affronter la suite. Cette promenade insolite vous a plu ?

Baignade dans les eaux du Gange

Lors de l’organisation de notre séjour, se pose la question du choix de visiter la ville de Varanasi (aussi appelée Bénarès) ou bien celle de Rishikesh, toutes deux traversées par le Gange. Anupam nous aide à trancher : « préférez-vous aller voir des crémations et des gens se baigner dans une eau marron et polluée ou bien préférez-vous aller vous baigner vous-même dans le Gange encore pur et rafraîchissant ? »
Vous auriez hésité, vous ?

Coucher de soleil à Rishikesh

Coucher de soleil à Rishikesh

Nous sommes donc partis quelques jours à Rishikesh, au nord du pays, au pied des montagnes de l’Himalaya. Supposée plus calme et plus fraîche que Delhi, Rishikesh ne correspondait pas tout à fait à l’image que nous en avions. Cependant, nous avons trouvé notre petit havre de paix et de fraîcheur: une petite plage de sable blanc, au bord du Gange presque turquoise !

Baignade rafraîchissante dans le Gange

Baignade rafraîchissante dans le Gange

Ce fut l’occasion de se baigner dans les eaux sacrées du fleuve ! Un bain rafraîchissant qui contraste avec la chaleur des journées. Et d’autant plus rafraîchissant que l’eau vient directement de la fonte des glaciers. En fin de journée, on peut observer le niveau monter, car le soleil fait fondre le glacier plus vite !

À Rishikesh, on croise des touristes indiens mais aussi beaucoup d’étrangers venus se former à la pratique du yoga et de la méditation.
Intriguée depuis quelques temps par la méditation, ce voyage en Inde aurait pu être un point de départ.  Mais au final je n’ai pas eu l’occasion d’approfondir.

Un des nombreux singes sur le pont traversant le Gange

Un des nombreux singes sur le pont traversant le Gange

Varanasi est une ville sacrée pour les Hindous mais le Gange l’est aussi tout au long de son cours. On a pu l’observer à Rishikesh où les fidèles s’y baignent, y jettent des fleurs et récupèrent de l’eau pour la boire. Haridwar, située sur la route pour accéder à Rishikesh, est un des lieux où les hindous viennent jeter les cendres de leurs morts.

Dans le désert du Rajasthan, au pays des Maharajas

La ville rose

Jaipur est surnommée la « ville rose » car c’est la couleur des murs de la vieille ville. C’est aussi la ville que Sébastien a préférée !
Pour visiter les trois points forts, nous avons opté pour un taxi climatisé pour la journée. Cela a rendu les déplacements plus rapides et moins éprouvants.

Promenade à dos d’éléphant

De très bonne heure le matin, nous avons découvert le fort d’Ambre, éclairé par les premiers rayons de soleil. C’est à dos d’éléphant que nous sommes montés jusqu’au fort. Attraction touristique par excellence, l’expérience nous a quand même tentés. L’éléphant avançait en recherchant les sucres cachés dans les trous de la muraille.

IMG_2851

Nous étions quasiment les premiers et les seuls, ce qui nous a permis d’apprécier la balade dans un cadre magnifique.
Mais après avoir vu les éléphants sauvages d’Afrique, ceux de Jaipur nous semblaient bien tristounets.

Jardins du Fort d'Ambre, vus depuis le dos d'éléphant

Jardins du Fort d’Ambre, vus depuis le dos d’éléphant

Le City palace, résidence de l’actuel Maharaja de Jaipur

Palais de l'actuel Maharaja

Palais de l’actuel Maharaja

Ce palais compte plusieurs merveilles. Parmi lesquelles :

  • les quatre portes décorées selon le thème des quatre saisons,
  • le Diwan-i-Khas ( espace complètement ouvert permettant ainsi de tenir des réunions importantes en s’assurant que personne n’écoute aux portes),
  • les 2 énormes jarres d’argent du Maharaja Madho Singh II. Ayant juré de ne boire que l’eau du Gange, il s’en est servi comme réserve d’eau lors de son voyage à londres en 1901, remplies d’eau sacrée du fleuve (elles pèseraient 2500 kg à vide et contiendraient 8000 litres).

Lever du soleil sur le Taj Mahal

Une de nos grandes attentes était bien sûr le Taj Mahal. Nous sommes allés tout spécialement à Agra pour le voir. Cet immense mausolée en marbre blanc est éblouissant !
Sa splendeur ressort d’autant plus qu’il est encadré par deux superbes mosquées en brique rouge (en fait seule celle de gauche est la « vraie » mosquée : l’autre bâtiment, vide, a été construit à l’identique juste pour la symétrie du tout).

IMG_2988

Nous avons flâné quelques heures au tour de cette tombe réalisée par un maharaja fou amoureux de sa femme. On peut voir leurs deux sépultures à l’intérieur.
Le lieu est tellement beau et imposant que nous avons vu de nombreux visiteurs s’y comporter comme dans un lieu sacré, en déposant des offrandes ou en faisant des prières devant les tombeaux.

Taj Mahal, vue de profil, face au soleil levant

Taj Mahal, vue de profil, face au soleil levant

La romantique cité d’Udaipur

Cette ville est une oasis en plein désert, où l’on trouve de nombreux palais au bord des lacs et sur les montagnes. De cette ville, nous n’avons pas vu grand-chose : juste le plus beau !

Le Taj lake palace

Après une nuit de train, bercés par les ronflements de nos voisins indiens, nous débarquons à Udaipur, l’ultime étape de notre séjour : la plus magique ! Parmi les rêves de Sébastien, figurait celui de vivre le luxe à la mode indienne dans un endroit unique : le Taj Lake Palace ! Jusque là, pour moi, ce lieu n’évoquait rien. Maintenant, il est devenu inoubliable !

C’est donc sacs à dos sur le dos, les yeux bouffis et les cheveux en épi, que nous avons commencé par chercher notre chemin.

L’adresse était facile à retenir : le palais au milieu du lac ! Nous avons fait sourire plus d’une personne en disant que nous cherchions le Taj Lake Palace. Nous n’avions vraiment pas le look des clients habituels. Les gardes à proximité de l’entrée nous ont même refusé l’accès à l’embarcadère, jusqu’à ce que notre chauffeur (envoyé tout spécialement nous chercher) nous retrouve enfin.

L'embarcadère, au petit matin.

L’embarcadère, au petit matin.

Notre « chez nous » est devenu pour trois jours un ancien palais, transformé en hôtel de luxe, au milieu du lac Pichola …

Arrivée au palais

Arrivée au palais

Une oasis dans notre séjour

Ce séjour tombait à pic !
Pour bien comprendre en quoi ce lieu a été si magique et ressourçant, il faut savoir que visiter l’Inde n’a pas été de tout repos. Jusqu’ici, je vous ai raconté toutes les belles choses que nous avons visitées, nos belles rencontres, la découverte d’une autre culture. Tout cela ne s’est pas fait sans quelques peines.

Avant notre départ, nombreuses sont les personnes nous ayant dit que l’Inde allait nous dépayser. Nous y allions pour ça ! Seulement, la marge est grande entre ce qu’on s’imagine et ce qu’on vit. Le dépaysement, on l’a vécu, on l’a ressenti. Maintenant, on sait vraiment ce que cela voulait dire.

Je m’attendais à être choquée par la pauvreté. Sébastien s’attendait à être sans cesse sollicité par des enfants des rues, des estropiés… Mais ce ne fut pas le cas. Bien sûr, on a vu beaucoup de pauvreté mais on en a vu aussi au Brésil, en Argentine, en Afrique du sud … malheureusement.

Le dépaysement était ailleurs … dans la culture, dans les rues, dans les relations … et sur notre santé  : Delhi Belly (jolie expression pour signifier la diarrhée causée par l’excès d’épices !), insolation pour Sébastien, agression par le bruit, la poussière, la chaleur … Au bout de quelques jours, Sébastien était prêt à repartir !

Pour ma part, ce qui m’a surtout gênée c’est de ressentir à quelque point j’étais une étrangère dans ce pays. Le regard, les sourires et rires en coin, les appareils photos levés sur notre passage … et les prix modifiés à la vue de nos têtes, surtout la mienne. Ceci, ajouté aux sollicitations des vendeurs et guides de toutes sortes,  m’ont malheureusement rendu méfiante vis-à-vis des Indiens, alors que certains, dont des enfants, souhaitaient juste engager la conversation.

C’est donc le corps et l’esprit fatigués que nous avons rejoint ce palace enchanteur ! Sans transition, d’un bond d’un monde à l’autre.
Cela nous aussi permis de prendre la mesure des écarts entre les différents niveaux de richesses du pays, et (c’est très cliché mais tellement vrai) d’apprécier la vie qu’on a !

À nous la vie de Maharajas

Ah la la … Par où commencer la description ? Il y avait tellement à voir, à entendre et à sentir ! Ce palais est un régal pour tous les sens.

Pour la vue, c’est facile : découvrez les photos ci-dessous. Elles vont en faire rêver plus d’un (e) !

Lever de soleil

Vue depuis la piscine, au petit matin

Ajoutez le parfum des fleurs de jasmin dans chaque allée.

Le jardin intérieur

Le jardin intérieur

Vous écoutez le chant des oiseaux, la mélodie du joueur de flûte, la cascade d’eau … et rien d’autre !

Vous commencez la journée par une séance de yoga, puis vous allez nager dans la piscine à l’odeur citronnée, et enfin vous appréciez un massage énergique pour continuer la journée.

Terrasse aménagée pour les séances de yoga

Le soleil se lève, la séance de yoga peut commencer …

De si bon matin, j'ai la piscine rien que pour moi :)

De si bon matin, j’ai la piscine rien que pour moi 🙂

Vous dégustez un petit-déjeuner de jus pressés, de fruits frais, de pâtisseries du monde … à volonté ! Le soir, les 3 restaurants gastronomiques du palace se font concurrence pour vous tenter pour le dîner.

Au restaurant de l'hôtel

Au restaurant de l’hôtel

Spectacle de danses et musiques traditionnelles

Spectacle de danses et musiques traditionnelles

Ça y est ? Vous rêvez ? Et dites-vous que je ne vous ai raconté qu’une toute petite partie !

Sur ces notes féériques, nous partons ressourcés pour la suite de notre voyage !

8 réflexions au sujet de « L’Inde : sur les traces des Maharajas ! »

  1. Bonsoir heureux voyageurs. Je viens de finir la découverte de l’épisode « Inde » Des noms et des souvenirs sonnent encore à mes oreilles : des palais et des temples, des villes, la cuisine, des ambiances,les transports, la conduite ….. et les déconvenues aussi. Mais je vois que vous avez fini en beauté et déjà repartis pour de nouvelles aventures.
    Je serai moins bavarde que la dernière fois car il se fait tard et la fatigue se fait ressentir.
    Continuez à bien profiter de ce beau et inoubliable voyage et au plaisir de vous retrouver bientôt. Plein de grosses bises à vous 2
    Bernadette

    • Coucou !
      Merci pour ton message !
      Gros bisous à toi et à Swan ! Ca fait tellement longtemps que je ne l’ai pas vu… il doit déjà être inscrit dans une équipe de basket et conduire sa propre voiture à l’heure qu’il est ! 🙂

  2. Bonjour,
    Je prends note, je prends note, pour mon futur projet dans le futur de voir un peu de pays, les images sont superbes, on vit de l’intérieur, merci pour tout…
    Daniel

    • Bonjour tonton Daniel,
      Ça me fait plaisir de te lire,
      effectivement ce voyage nous en met plein les yeux, j’espère que les photos reflètent bien notre émerveillement !
      A bientôt !

  3. Bonjour chers voyageurs,
    Vraiment vous me faites voyager avec vous! Profitez bien de ces moments inoubliables que vos photos seules ne pourront immortaliser, les meilleures photos resteront bien sûr celles gravées dans vos souvenirs !
    Après une escapade à Cracovie (dans la vie réelle) la semaine dernière, me voilà déjà repartie en Inde grace à vous, et j’attends avec impatience la prochaine escale….
    Je vous embrasse bien fort.
    Marie-Claire

    • Hello !
      Je ne connaissais pas Cracovie, j’ai fait une petite recherche suite à ton message et cette ville a l’air très agréable – beaucoup de verdure notamment, ce qui me plaît le plus (et que je n’ai pas trouvé à Delhi !)

      Bisous !

  4. Ce nouvel épisode indien m’a tout autant fait voyager que les precédents.Ces nouveaux paysages sont tous aussi enchanteresques. Ma seule connaissance de l’Inde est le restaurant indien nantais : à chaque déjeuner je me régale! Comme vous le relatez si bien , ce n’est qu’une partie de ce que vous vivez! Vous allez pouvoir vous nourrir encore fort longtemps de toutes ces découvertes aussi incroyables les unes que les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *